Delta T, revue de musique

Oui, je vous en ai déjà parlé. Mais le papier c'est important, et rares sont les publications de qualité qui, comme celle-ci, traitent de la musique, sans aller plus vite qu'elle, bien au contraire. Une revue qui prend donc le temps de sortir (deux à trois numéros par an), et qu'on prend le temps de lire. Une bonne centaine de pages abordant des sujets souvent inattendus, d'autant plus intéressants, et un graphisme plein d'audace. Dans ce cinquième numéro, on plonge par exemple dans une histoire qui me tient tout particulièrement à coeur: les débuts des Trans Musicales de Rennes. Cette revue de qualité se nomme Delta T, et vous la trouverez chez les libraires.
(aux éditions Anamosa)

CURTIS HARDING -"Face Your Fear"

Avec son bien nommé "Soul Power", Curtis Harding avait fait une entrée fracassante (assez discrète mais tout de même fracassante) dans les bacs des disquaires, et cet album avait fini dans le top Myringa de l'année 2014.
Aujourd'hui, ce nouvel opus peut sembler plus sage, très classic-soul, mais il faut reconnaître que le monsieur maîtrise la science du hit, du morceau qui vous accroche l'air de rien, et qui ne vous lâche pas. Plutôt rétro donc, mais avec suffisamment de petites touches personnelles et originales pour ne pas être fade. N'ayez pas peur de succomber à son charme.
(disponible en cd et vinyle chez Anti / Pias)

THE LIMIÑANAS -"Istanbul Is Sleepy"

J'espère que si je vous dis The Limiñanas, vous voyez de quoi je cause. Sinon la séance de rattrapage est ici (< oui, là). Bref, juste pour vous avertir qu'ils viennent de sortir un joli 4-titres, en attendant le nouvel album qui devrait arriver dans deux mois. Un e.p. enregistré avec monsieur Anton Newcombe, qui les aime beaucoup, lui aussi.
(disponible en vinyle chez Because Music / Warner Music)

HOBOKEN DIVISION -"The Mesmerizing Mix Up Of The Diligent John Henry"

Quand la pochette du disque que vous tenez dans les mains est illustrée par monsieur Jean-Luc Navette, c'est plutôt bon signe en général (j'ai même envie de dire "toujours"). D'ailleurs l'album précédent du groupe avait déjà été noirci par l'artiste. On a donc juste envie de pousser la porte de ce East Diner miteux planté au bord d'une route secondaire au fin fond de nulle part...
A l'intérieur, Hoboken Division vous accueille, vous charme, et vous n'aurez plus le choix, vous prendrez le menu complet. Delta-blues brut de décoffrage, braises de ballades passées au napalm, garage rock lo-fi. Le trio lorrain se présente ainsi: "comme si Jon Spencer Blues Explosion mangeait du Janis Joplin au petit-déjeuner". C'est pas faux. Et on pourrait ajouter les influences évidentes des White Stripes, de RL Burnside, du Gun Club, du Velvet Underground...
Donc arrêtez-vous, au bord de cette route paumée, et entrez.
(disponible en cd et vinyle chez La Face Cachée / L'Autre Distribution)

THE ANDY TOLMAN CARTEL -"Cypher"

"Zebra-3, code 10-80 !". Vous étiez scotchés devant les séries télévisées des années 60 et 70, pour ne pas manquer les scènes de poursuites, ou tout simplement leurs génériques, parce que la musique était quand même vraiment mortelle. Eh oui, "Les Rues De San Francisco", "Starsky & Hutch", "Kojak", ou au cinéma "Bullit", "Shaft"... Bon sang, du jazz-funk de rue, un groove qui cavale, enrobé d'arrangements classieux, avec cordes et cuivres, un sous-pull moutarde, une veste en cuir marron, et c'est parti. C'est ce que nous propose The Andy Tolman Cartel, ni plus ni moins.
(disponible chez Freestyle Records / La Baleine)

CHLORINE FREE -"Free Speech"

Si vous lisez Myringa depuis longtemps, ce nom ne vous est peut-être pas inconnu. Il y a quelques années, leur premier album "Start Fresh" avait fait de ce combo parisien une référence en matière de jazz-funk. Depuis, les amateurs du genre, dont je fait partie, suivent de près ces savants fous du groove. Voici leur troisième album donc, toujours sans chlore, aux rythmiques toujours aussi musclées, avec des compositions un peu plus expérimentales que sur les précédents. Un disque plus engagé aussi, qui libère des discours-rap virtuoses sur quelques morceaux. Une formule à base de jazz-hiphop-electro-funk donc, et normalement ça devrait cristalliser...
(disponible en cd et vinyle chez Seventy Three / DuNose Productions / L'Autre Distribution)

ZOMBIE ZOMBIE -"Livity"

Etienne Jaumet, Cosmic Neman, et Dr Schonberg, nous servent une nouvelle flopée de sons électroniques hypnotiques, parfois aux frontières de l'angoisse, mais aux rythmiques terrifiquement addictives. Si vous tombez dedans, l'obsession risque d'être incontrôlable, le mieux c'est de se laisser faire, et d'entrer en pleine conscience. Ce disque vous emmènera loin. La légende raconte que les sept morceaux ont été enregistrés en sept jours, et vous l'écouterez certainement bien plus longtemps que ça. Debout les morts !
(disponible en cd et vinyle chez Versatile Records / La Baleine)

THE LORDS OF ALTAMONT -"The Wild Sounds Of The Lords Of Altamont"

Vous aimez les grosses bécanes, les orgues rageurs, l'odeur du cuir, et les riffs sauvages? Alors vous connaissez certainement déjà Jake 'The Preacher' Cavaliere et son gang de loubards de Los Angeles. Le combo carbure toujours au rock garage de grosse cylindrée, farfisa punk, et guitares dégoulinantes. Toujours aussi voyou, toujours aussi efficace, et c'est ce qu'on aime. En route, mauvaise troupe!
(disponible en cd et vinyle chez Heavy Psych Sounds Records / Differ-Ant)

THE BARR BROTHERS -"Queens Of The Breakers"

Les frères Barr, Brad (le guitariste) et Andrew (le batteur), accompagnés de Sarah Pagé (la harpiste, et troisième pièce maîtresse du groupe) et de quelques collègues, vont illuminer votre automne. Ils viennent de Montréal pour nous fourrer les oreilles d'une brillante neo-folk. Un groove astral et americana, qui peut rappeler les atmosphères addictives de José Gonzalez ou de son groupe Junip. Donc c'est beau, point.
(disponible en cd et vinyle chez Secret City Records / Bertus)

FAI BABA -"Can't Stop Loving Tour"

Leur dernier album "Sad and Horny" est sorti il y a presque un an, et c'était une très belle découverte.
Aujourd'hui les Zurichois de Fai Baba sont sur la route pour vous servir leur pop psychélectrique hypnotisante, et vous présenter un nouveau single, "Can't Stop Loving You", qui donne son nom à cette tournée européenne. Ils passent certainement bientôt près de chez vous, vous feriez bien d'aller vous faire envoûter.
(disques disponibles chez A Tree In A Field Records / Casbah Records / L'Autre Distribution)

septembre


RADIO MOSCOW -"New Beginnings"

Quand on a pris la première claque, ils étaient tout jeunes (nous aussi, à peu près), c'était il y a une dizaine d'années. Oui, parce que contrairement à ce que pourrait laisser imaginer leur (énorme) son et leur univers graphique (pochettes de disques, photos, vidéos), Radio Moscow n'est pas apparu en 1972, mais bien au début du 21ème siècle. Le power-trio de San Diego continue donc de nous tabasser à grands coups de rétro-heavy-psyché-rock, avec un cinquième album intitulé "New Beginnings". Nous sommes bien en 2017, et la "guerre froide" est de l'histoire ancienne (presque).
(disponible en cd et vinyle chez Century Media Records / Sony Music)

SUGARAY RAYFORD -"The Worlds That We Live In"

Le grand Charles Bradley vient de nous quitter, alors on se console comme on peut, par exemple en écoutant ce nouveau venu: Caron Nimoy "Sugaray" Rayford. Déniché et produit par le magicien italien Luca Sapio, le géant texan, plutôt habitué à un registre blues électrique, trouve ici sa voix magnifiée par un écrin rétro-soul de qualité supérieure. Deux mètres de haut, une douceur brute, et un chant gospel-blues, vous penserez éventuellement à Solomon Burke, ou aux productions Stax des sixties.
(disponible en cd et vinyle chez Blind Faith Records / Differ-Ant)